Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 10:28

J'achète, j'écris, vous lisez, vous achetez. 

 

 

http://www.profoundlorerecords.com/wp-content/uploads/2013/03/tgai_front1-630x630.jpg

[Altar Of Plagues - teethed glory & injury - 2013]

 

Quand tu poireautes six mois - après annonce officielle - la sortie d'un disque, c'est long. Quand il s'agit d'Altar Of Plagues, que le premier coup de projo est la diffusion de ce visuel, magnifique photo, c'en est carrément insupportable. En rupture avec ce qui précédait, elle laissait présager de grands changements, un caractère artystique, atypique, délesté de toute étiquette. 

Et évolution il y a. 

Teethed Glory And Injury en appelle autant au Altar d'antan (White Tomb) qu'à Blut Aus Nord ou aux Swans. De l'intro monumentale en progressions expérimentales, plus ou moins tendues, hargneuses ou cathartiques, via deux pièces centrales monstrueuses ("Twelve Was Ruin", "A Remedy And A Fever"), Altar Of Plagues fait de sa musique une composition floue, apocalyptique, suffocante, sèche ou hallucinatoire mais jamais codifiée. En ce sens, dans cette absence de codes, dans cette marginalisation, l'album est ce qu'ils ont fait de plus extrême. D'abord, il y eut des écoutes curieuses. Puis des écoutes impressionnées. Aujourd'hui, les écoutes sont fascinées.
Demain, elles déifieront Altar Of Plagues. 

 

http://userserve-ak.last.fm/serve/500/85194571/VORUM++Poisoned+Void+VorumCover_web.jpg

[Vorum - poisoned void - 2012]

 

C'était mieux sur l'EP, Grim Death Awaits. Véridique ! Dans l'absolu, Poisoned Void est un excellent album, parfaitement équilibré, poisseux là où il faut, radical quand il le faut, machine à riffs tout le temps, un peu black et un peu thrash, death metal occulte, puissant, salissant, nordique. Un truc de Finlandais qui ne sonne pas vraiment finlandais. En fait, c'est très bien. Mais c'était mieux avant. 

 

 

http://cache0.bigcartel.com/product_images/84881805/venenum.jpg

[Venenum - s/t - 2011]


Reprenant quelques gimmicks d'Excoriate, dont la mort donna naissance au groupe, Venenum insiste sur l'aspect horrifique old-school dans le son comme dans la réalisation (brouillonne, et on s'en tamponne). Il se concentre sur le death metal anti-scolaire, le sale gosse du genre, sans lumières, sans guide et sans quintuples pédales. Avec sa sono retro, ni efficace ni intelligible, hypnotique et glauquissime, forcément jouissive, Venenum rampe. On emmerde le gruik de merde et on prie l'idôle du Miasme, ils avancent à l'instinct et à l'odorat, d'ailleurs ça pue, dégageant de ces simples intentions une certaine forme d'authenticité. Et moi, j'aime ce qui est typique et authentique. 

 

 

http://1.bp.blogspot.com/-SRGOQ6NXbIw/UGmWCJG_xEI/AAAAAAAAAdw/FvJi47hzICw/s1600/deluge.jpg

[Beastmilk - use your deluge 7" - 2012]

 

Si ça sort chez Svart, ça vient forcément de Finlande. Super.

Sunn O))) fait couler du lait sur une table, c'est chouette. Sacré déluge de bon goût.

En réalité, Beastmilk joue un post-punk frigorifique et métallique, entraînant parce qu'un peu apocalyptique (dans le genre, en tout cas), pour reprendre leurs propres termes. 

"Dis Kvohst, c'est quoi cette bouteille de lait ? 

- tämä on minun musiikkia"

L'argument qui tue. 


 

http://www.noisemag.net/wp-content/uploads/2012/12/Clutch-earth-rocker.jpg

[Clutch - earth rocker - 2013]

 

Virés les sons cozy, de côté l'aspect bluesy, Clutch revient à du binaire ou presque, à du rock brut pour la première fois depuis Blast Tyrant. Tubesque à l'image du titre introductif, Earth Rocker ne s'embarrasse de rien, file droit, et j'aime ça. J'ai simplement quelques doutes concernant sa durée de vie : méchamment efficace en live, ce Clutch hyper rocker sera, à terme, probablement mis de côté au profit de Blast Tyrant, pour commencer. Frais, cool, facile, bien évidemment parfaitement mené par Neil Fallon, il s'agit ni plus ni moins d'un bon album de rock. 

Je suis diablement sérieux. Désolé.

 

 

http://4.bp.blogspot.com/__wg6FOqzqYo/TOMVUPcgyuI/AAAAAAAAANg/aiMT6FylaYY/s1600/i3dno6.jpg

[In Disgust - san jose oldies vol. 1 - 2009]

 

Oui, oui, oui, mais OUI ! In Disgust est le groupe de grindcore/powerviolence le plus indispensable de tous les groupes de grindcore morts avant l'âge de raison - avec Insect Warfare. Indispensable du genre indispensable, comme ce CD (bah ouais), regroupement de démos, de splits, de 45 tours, de live, d'inédits. En fait, il y a quasiment tout, dont le monstrueux 10" Reality Choke, du plus gras au plus arraché, toujours empreint d'une radicalité jouissive, à peine excessive. ImpressiveMême eux aussi font des reprises : ok, quand d'autres rejouent Repulsion ou Nasum (wouho, osé !), In Disgust tape sur Despise You. On pourra toujours blablater et venir nous expliquer que Squash Bowels, c'est mieux... blabla. Bla. Bla. 

 

 

http://a1.ec-images.myspacecdn.com/images02/111/6c8a280b0c3947dbb5936bcc38116959/l.jpg

[Brainbombs - obey - 2011/1995]

 

Toi, t'as un sérieux grain. "Die... Die... Die You Fuck". Mmhh, merci, toi aussi. Noise, noise, noise, on est à mille lieues de toutes notions noise rockeuses (Jesus Lizard, au lit), ou de noise méga-manga-harscheuses (Merzbow, ciao). Le noise de brainbombs est obscène, vulgaire, dérangé, punk as punk, lent, atonal, harsh. Il est à l'image des obsessions décrites par les textes, perverses. Il parle, le malaise est nettement suffisant, pas besoin d'hurler pour lâcher des tripes - lesquelles ? Je me le demande encore. Si on ne connaît pas Brainbombs, qu'on connaît Kickback et qu'on se demande pourquoi les Français ont repris un titre sur leur dernier album, la réponse vient après 1/4 de n'importe quelle chanson. Obey est le troisième album, ni plus heureux ni plus dingue que les autres, mais tout de même encore plus lent et vicelard. 

Conclure par la joie de vivre, c'est tout un art. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexis
commenter cet article

commentaires

best web design 21/08/2014 11:40

These are those sorts of thoughts that are not acceptable by every mind. Some people do dislike these atheist ways and are against them thoroughly. I believe it is ones wish to choose their own path and no one has the authority to question or judge them.